Article : A la rencontre de la notion de handicap : Une première approche des situations de handicap, l'approche biomédicale

A la rencontre de la notion de handicap : Une première approche des situations de handicap, l'approche biomédicale

Photo : Lucas DOLLINGER
Lucas DOLLINGER | Psychologue
19/12/2022 | Temps estimé de lecture : 2 mins | 461 vues | 5 J'aimes

Il est alors souvent question de faire des comparatifs pour établir des normes : la taille d'une partie du corps (bras, buste, jambe…), la forme d'un organe, l'amplitude d'une articulation, le poids en fonction de la taille… L'idée au travers de l'établissement de normes est de pouvoir vérifier s'il y a une a-normalité. Cette logique s'est également dispersée à d'autres disciplines, ainsi, un enfant commence à acquérir la marche entre 10 et 18 mois par exemple.  

Cela permet :

  • De savoir s'il y a nécessité d'une prise en charge (traitement, modification d'habitude, intervention médicale, rééducation…) 
  • D'établir un langage commun universel
  • De rassurer 
  • De comparer
  • De vérifier les évolutions dans le temps

C'est cette logique que l'on retrouve appliquée aux situations de handicap dans laquelle il y a comparaison à un individu au développement normo-typique. De là, il est possible d'établir la liste des incapacités de la personne en situation de handicap, puis d'établir des réponses adaptées selon une vision biomédicale qui consiste à apporter rééducations, médicaments et dispositifs médicaux  :

  • Rééducation fonctionnelle (ergothérapeute, kinésithérapeute, orthophoniste, orthoptiste….) 
  • Appareillage fonctionnel (prothèse, lunettes…)
  • Appareillage orthopédique (dans le cas où le handicap est évolutif)
  • Aide technique (fauteuil roulant, lit médicalisé, domotique...)
  • Traitement (défaut ou excès de production de telle ou telle molécule)
  • Opération chirurgicale (arthrodèse, strabisme…) 
  • Prise en charge adaptée (institution, dispositif Ulis…) 

Ces réponses ont toutes le même objectif : compenser, lisser au maximum la situation de handicap afin de permettre à la personne d'être le plus possible dans la norme. C'est ainsi à la personne qu'incombe ce processus de "normalisation". Lorsque ce processus est trop difficile, alors une réponse spécifique sera proposée, celle d'une prise en charge en institution (IME, IEM, ....). 

Nous touchons là les limites de cette approche, cette injonction à la normalisation déresponsabilise l'environnement et peut également être source d'une grande souffrance liée à un isolement et à l'incapacité pour la personne en situation de handicap de se "normer". Prenons l'exemple d'un enfant qui relève d'un fonctionnement de type troubles du spectre autistique (TSA) et se retrouve en milieu scolaire ordinaire. Ses capacités peuvent lui permettre de comprendre plus vite une consigne et générer par suite de l'ennui ; la surstimulation sensorielle des cours de récréation (bruits, mouvements, multiplicités des situations dans lesquelles se retrouvent les enfants (jeux, bousculades, interpellations…) lui apparait davantage chaotique qu'aux autres et il ne peut s'y adapter, et de ces deux aspects peuvent alors émerger des troubles du comportement. Je vous invite également à écouter le témoignage d'une jeune femme handicapée lors de la journée de lutte contre les violences faîtes aux femmes. Sur des aspects plus militantisme, on parle alors de "validisme" ou de "capacitisme". 

L'approche bio-médicale présente donc à la fois des aspects fondamentaux de la prise en charge des situations de handicap par la compensation qu'elle en propose, tout en générant le paradoxe de sa limite.  

Lors du prochain article, nous nous intéresserons à une seconde approche des situations de handicap : l'approche sociétale développée depuis les années 1970 en France. 

En savoir plus / Lire la totalité de l'article

Suivez ce·s lien·s : https://fr.wikipedia.org/wiki/Capacitisme

Source·s

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/en-toute-subjectivite/en-toute-subjectivite-du-vendredi-02-decembre-2022-7847060
https://www.chroniquesociale.com/comprendre-les-personnes/89-autonomie-et-handicap-moteur.html

Cet article vous a été utile, vous l'avez apprécié, dites-le J'aime
5 mentions j'aime

Ne manquez aucune de nos actualités en vous inscrivant à notre newsletter.

Je m'abonne

Partagez cette page :